un infographique de couleur kaki introduisant un article sur les difficultés grandissantes rencontrées par les recruteurs en 2023

Afin de mieux comprendre les changements du marché de l’emploi en 2024, CV Genius s’est penché sur les causes derrière ces difficultés grandissantes rencontrées par les employeurs ainsi que les chercheurs d’emploi. En nous basant sur 18 sources fiables, nous répondrons donc aux questions suivantes :

  • Quels secteurs et métiers connaissent le plus de difficultés de recrutement en 2024 ?
  • À quoi ressemble le processus de recrutement et de sélection aujourd’hui ?
  • Quelles sont les difficultés rencontrées par les entreprises en 2024 ?
  • Quelles sont les concessions faites pour aboutir à un recrutement  ?
  • Quelles sont les difficultés rencontrées par les chercheurs d’emploi en 2024 et que revendiquent-ils ?

un infographique expliquant les tendances générales de recrutement en 2023

Les secteurs qui cherchent à recruter le plus en 2024 sont :

  • Les métiers de services aux particuliers, notamment l’hôtellerie-restauration (tels que les serveurs de cafés et de restaurants, les employés polyvalents de la restauration, les cuisiniers, et les employés de l’hôtellerie)

Dans ce secteur, les difficultés anticipées de recrutement sont supérieures à la moyenne.

  • Les métiers de services aux entreprises (tels que les agents d’entretien de locaux, les ouvriers non qualifiés de l’emballage et les manutentionnaires)

Ce secteur connaît le moins de difficultés de recrutement.

  • Les métiers agricoles (tels que les viticulteurs, les arboriculteurs, les cueilleurs, et les agriculteurs/ouvriers agricoles) embauchent surtout de manière saisonnière pour la très grande majorité des emplois à pourvoir
  • D’autre part, les métiers du soin et de l’accompagnement rencontrent toujours plus de difficultés de recrutement pour les métiers tels que les aides-soignants et les infirmiers

Source : France Travail

un infographique listant le top 10 des métiers les plus recherchés par les employeurs

67,1% des offres d’emploi diffusées par France Travail au deuxième trimestre 2023 portent sur des contrats durables, dont les domaines avec la plus forte demande sont :

  • le support à l’entreprise (20,7%, surtout en comptabilité et gestion 7,4% et en systèmes d’information et de télécommunication 4,7%)
  • l’industrie (13,1%)
  • les services à la personne et à la collectivité (11,8%)
  • le commerce, vente et grande distribution (11,6%)

Source : France Travail

Voici quelques chiffres clés sur la part des 18-30 ans sur le marché du travail :

  • 47,8% des nouveaux embauchés en 2022 avaient moins de 30 ans
  • Parmi ces 47,8%, 38,2% avaient entre 16 et 25 ans

Les jeunes âgés de 18 à 30 ans se tournent davantage vers le statut précaire d’auto-entrepreneur et des « activités peu rémunérées » et représentent :

  • près de 60% des auto-entrepreneurs
  • 50% des indépendants
  • 45% des emplois en restauration
  • 37% dans le commerce de détail

Source : Le Figaro

  • 53% des jeunes considèrent la flexibilité horaire importante et accordent plus d’importance à leur épanouissement, quitte à gagner moins
  • La semaine de 4 jours (53%) et l’obtention d’un CDI à mi-temps (44%) figurent parmi le top des modes de travail souhaités

9 jeunes sur 10 envisagent de faire une pause dans leur carrière professionnelle à un moment de leur vie, pour voyager (36%) ou se dédier à leur vie de famille (30%).

Source : Focus RH

Quelle est la situation de l’emploi des seniors aujourd’hui ?

Avec le recul de l’âge du départ à la retraite suite à l’adoption de la réforme des retraites entrée en vigueur le 1er septembre 2023 dans un climat économique tendu, la question de l’emploi senior s’impose.

Alors que le taux d’emploi des seniors en France (55 ans et plus) est inférieur à la moyenne européenne en 2021, les seniors sont moins souvent au chômage que les autres tranches d’âge. Cependant, leurs chances de retrouver un emploi après une période de chômage sont moins élevées pour les raisons suivantes :

  • la perte d’employabilité avec l’âge (réelle et perçue, dont la baisse de productivité et la discrimination liée à l’âge)
  • un accès à la formation plus faible en fin de carrière
  • la limite des possibilités d’adaptation aux nouveaux emplois techniquement plus complexes
  • rémunération à l’ancienneté parfois sans corrélation à la productivité

Sources : Dares, Eurostat et Trésor Économie

Le travail indépendant contribue fortement au maintien dans l’emploi des seniors plus ils avancent en âge, car ils ne sont ainsi pas exposés aux représentations négatives des employeurs.

  • La proportion de seniors en emploi s’accroît avec le niveau de diplôme autant pour les hommes que pour les femmes
  • Le CDI reste une forme privilégiée par 92% des salariés seniors
  • Le travail à temps partiel se répand de plus en plus avec 12.8% des 50-64 ans et 12.5% des 55-64 ans au premier trimestre 2023

Source : Hello Work Place

Cinq secteurs d’activité ont tendance à recruter le plus de seniors, dont :

infographique détaillant la part des seniors sur le marché du travail

L’employabilité des seniors est particulièrement influencée par leur capacité à s’adapter aux changements technologiques :

  • 75% des managers français* pensaient qu’un candidat de plus 55 ans serait désavantagé par rapport à un plus jeune à qualifications et compétences égales

* statistique de 2015 car sujet peu étudié

Source : Trésor Économie

À long terme, l’utilisation de plus en plus accélérée de l’intelligence artificielle nous presse à nous interroger sur la nature des emplois d’aujourd’hui et de demain. Ceci concerne autant les générations en fin de carrière que les générations X ainsi que les Milléniaux, seniors de demain.

Presque un tiers des seniors inactifs de moins de 62 ans le sont en citant deux raisons principales derrière leur non recherche d’emploi :

  • la retraite anticipée pour carrière longue
  • les problèmes de santé (soit 50% de plus que pour l’ensemble des inactifs de 25-54 ans)

Les problèmes de santé affectent 29% des seniors ni en emploi ni à la retraite âgés de 52 à 69 ans contre 7% des seniors en emploi et 10% des seniors à la retraite du même âge

Sources : DREES et Trésor Économie

Entre 55 et 69 ans, la situation sur le marché du travail reste très évolutive :

  • Trois seniors sur cinq ni en emploi ni à la retraite sont des femmes
  • Près de la moitié des seniors âgés de 55 à 61 ans n’est ni en emploi ni à la retraite pour des raisons de santé ou de handicap

Source : Insee

un infographique listant les métiers et les secteurs d'activité les plus favorables à la conversion des seniors de plus de 50 ans

Comment se passe la recherche d’emploi en 2024 ?

Du côté des chercheurs d’emploi :

  • Plus d’⅓ (33%) envoient leur CV en masse afin de maximiser leurs chances de décrocher un emploi, sans se soucier des compétences requises
  • La moitié sont moins sélectifs dans leurs recherches malgré un désir grandissant d’avoir de meilleures conditions de travail
  • 91% se sont déjà senti intimidés par les compétences exigées dans les offres d’emploi
  • Les ¾ estiment qu’ils doivent posséder au moins 70% des compétences requises pour postuler, une vision partagée par 76% des recruteurs
  • 74% n’osent pas postuler aux offres d’emploi quand ils n’ont pas toutes les compétences requises
  • 89% pensent que les profils atypiques ne sont pas assez pris en compte, un sentiment partagé par 82% des recruteurs
  • Plus de 28% avouent avoir menti sur leur CV pour obtenir un entretien et 91% sont prêts à le refaire

Statistique étonnante : près de la moitié des recruteurs (54%) sont prêts à fermer les yeux sur ce fait et embaucher un candidat qui ment de façon évidente sur leur CV du moment qu’il sait se montrer persuasif.

Source : Culture RH

En quoi le processus de sélection des candidats a évolué du côté des employeurs ?

  • Les employeurs accordent aujourd’hui une importante croissante aux compétences comportementales
  • Seulement 11% des recrutements se basent sur le diplôme
  • L’expérience professionnelle est souvent plus prisée que le diplôme dans le choix final du candidat

L’expérience professionnelle est davantage mise en avant pour les cadres et les ouvriers qualifiés, tandis que les compétences comportementales prennent le pas pour les employés de service.

Les compétences comportementales jugées indispensables par la quasi-totalité des employeurs :

  • capacité à travailler en équipe
  • autonomie
  • respect des règles et des consignes
  • relation client

Source : France Travail

Cependant, l’importance accordée aux compétences techniques ou comportementales des candidats et le poids du diplôme dans les décisions finales de recrutement varient d’un secteur et d’un métier à l’autre.

Voici comment sont réparties les critères de sélection les plus importants parmi les grands secteurs suivants :

  • les secteurs de l’hébergement et restauration, du commerce et de l’agro-alimentaire privilégient les compétences comportementales sans donner une grande importance au diplôme
  • les secteurs de la construction, la réparation automobile et l’industrie s’attachent davantage aux compétences techniques sans pour autant les objectiver principalement par un diplôme
  • les secteurs financiers, des assurances, de l’informatique, scientifique et technique mettent en avant les diplômes sans qu’ils soient d’un type bien déterminé
  • les secteurs de la santé, l’action sociale, l’enseignement et l’administration publique demandent des diplômes précis chez les candidats

85% des employeurs évoquent un nombre insuffisant de candidatures.

37% des entreprises estiment que les conditions de travail proposées ne sont pas favorables à l’embauche.

Source : France Travail

un infographique montrant une hausse des recrutements jugés difficiles par les recruteurs

Ceci mène de plus en plus d’entreprises à faire des concessions en assouplissant leurs critères de sélection afin d’assurer un recrutement difficile, et cette tendance s’accentue depuis 2020.

Quel est le taux des entreprises de plus de 10 salariés ayant révisé au moins une fois leur proposition initiale pour assurer le recrutement de cadres (entre 2020 et 2022) ?

  • Recrutement d’un cadre avec moins de compétences techniques que souhaitées : +4% (47% à 51%)
  • Recrutement d’un cadre avec moins d’expérience que souhaitée : +4% (46% à 50%)
  • Recrutement d’un cadre possédant un diplôme ou un niveau de diplôme différent que souhaité : +1% (30% à 31%)
  • Proposition de conditions de travail plus attractives (option de télétravail, horaires plus flexibles, …) (41% en 2022)
  • Proposition d’une rémunération plus élevée : +7% (de 55% à 62%)

Source : Apec

infographique montrant la part des entreprises prêtes à réviser plusieurs de leurs conditions d'emploi pour aboutir à un recrutement jugé difficile

  • Selon 83% des recruteurs et 90% des chercheurs d’emploi, la recherche poussée du « profil idéal » complique les recrutements
  • 77% des recruteurs admettent que les candidatures n’ayant pas le profil exact ont du mal à être considérées
  • 75% des recruteurs pensent aussi qu’ils font souvent des concessions dans leur processus de sélection et de recrutement

En effet, 68% des chercheurs d’emploi ayant postulé à des offres ne correspondant pas tout à fait à leur profil ont finalement obtenu un entretien d’embauche, dont 55% ont même reçu une offre d’emploi par la suite.

Source : Culture RH

Enfin, certains métiers connaissent plus de difficulté de recrutement que d’autres :

un infographique sur les 10 métiers ayant un taux de difficulté de recrutement très élevé

À quoi les recruteurs prêtent attention en lisant un CV ?

Les recruteurs dévoilent les facteurs du CV qui affectent leur décision de retenir une candidature ou non :

  • Plus de la moitié prêtent attention à la forme du CV
  • 51%  n’aiment pas les trous « temporels » dans les CV
  • 83% disent donner la priorité aux candidats ayant réalisé leur cursus par l’apprentissage
  • Il faut environ 80 secondes au recruteur pour prendre une décision positive, mais la plupart des CV sont éliminés en moins de 30 secondes
  • 35% écartent une candidature à partir de deux fautes de français (58% des CV contiennent en moyenne au moins 15 fautes)

Source : LinkedIn

À quoi ressemble le processus de recrutement pour les profils avec peu ou pas d’expérience (jeunes stagiaires ou alternants) ?

  • Seulement 46% des candidatures reçues sont lues par les entreprises en 2022
  • 80% des candidatures à des stages ou alternance ne reçoivent pas de réponse
  • Un stagiaire doit envoyer 40 CV en moyenne pour décrocher un emploi ou un stage
  • Une candidature est lue dans ses 44 premières heures
  • Une candidature a 22% de chance de plus d’être traitée si elle arrive en début de semaine (le mardi serait le jour à plus fort potentiel)
  • La majorité des recruteurs passent 46% de leur temps sur la rubrique « Expérience professionnelle », 26% sur le chapitre « Compétences » et 18% sur le chapitre « Formation »

Enfin, les recruteurs maintiennent leur préférence de la sélection du recrutement par réseautage.

Source : LinkedIn

En quoi le processus de sélection de son entreprise a évolué du côté des candidats ?

Du côté des chercheurs d’emploi, par rapport à la génération précédente, les jeunes salariés d’aujourd’hui et ceux fraîchement diplômés espèrent retrouver les cinq conditions suivantes dans un emploi :

un infographique présentant les quatre cinq critères de sélection des jeunes actifs pour un emploi
Les critères de sélection changent avec les nouvelles générations.

Source : nouvelleviepro.fr

Méthodologie :

Les conclusions présentées dans ce document ont été obtenues en compilant plusieurs sources crédibles et pertinentes. Ces sources incluent des études de recherche, des rapports, des articles académiques et des données provenant d’organismes reconnus. Les informations recueillies comprennent des données qualitatives et quantitatives provenant de différentes périodes et contextes.

Limitations :

Il est important de noter que cette étude repose sur la synthèse d’informations provenant de sources existantes. Par conséquent, les limitations inhérentes à ces sources, telles que la qualité des données, la méthodologie de collecte et d’analyse, ainsi que les biais potentiels, peuvent également s’appliquer à cette synthèse. Nous avons pris des mesures pour garantir la fiabilité des sources utilisées, mais il convient de garder à l’esprit que les conclusions sont basées sur les données disponibles au moment de la recherche.

À propos de CV Genius :

CV Genius est la ressource incontournable pour les chercheurs d’emploi de tout secteur d’activité et niveau d’expérience en France.

Avec un CV designer intuitif, une collection diversifiée de ressources gratuites spécifiques à tous les secteurs telles que des modèles et des exemples de lettre de motivation et de CV ainsi que des guides de rédaction sur comment écrire un CV parfait. CV Genius et son équipe de conseillers d’orientation professionnelle et de spécialistes en ressources humaines peuvent vous aider à préparer une candidature efficace et à décrocher davantage d’entretiens.

Pour toute demande média ou préoccupation, veuillez nous contacter.

Sources :

Dominique Vatin headshot

Dominique Vatin est rédactrice en chef et experte en emploi chez CV Genius. En tant que rédactrice professionnelle certifiée (CPRW), elle aime mettre à profit ses connaissances dans le domaine du travail afin d’aider les chercheurs d'emploi à la recherche d'opportunités de travail plus épanouissantes. Avec une maîtrise de l'université Yonsei GSIS de Séoul, elle est citée sur des sites tels que Urban Linker et Connexion Emploi. Vous souhaitez collaborer ? Contactez-la via LinkedIn. Merci de noter que nous n’acceptons pas les articles invités et ne répondrons à aucune demande à ce sujet.